Journées C.Delbo à Vigneux

Les textes de Charlotte Delbo seront dits par les comédiennes  Maryse RAVERA et Sofie AMAURY.
Voici le programme:
3 VOLETS A3 DELBO13 VOLETS A3 DELBO.jpg
Publicités

Hôtel de rive

Hôtel de rive
Giacometti / Temps horizontal

24 – 25 mars 20h15

Theater Stadelhofen Zürich Stadelhoferstrasse 12

+ 41 44 252 94 24

Conception et jeu : Frank Soehnle
Comédien : Patrick Michaëlis
Musiciens : Jean-Jaques Pedretti et Robert Morgenthaler
Collaboration artistique : Enno Podehl, Scénographie et costumes : Sabine Ebner, Sons, lumières, vidéo: Robert Meyer, Christian Glötzner, Travail du texte en langue allemande : Andréa Schieffer, Assistante : Irène Lentini
Documentaire réalisé au cours des répétitions du spectacle : « Le mouvement, le matériau et la mécanique » : Réalisation Claude-Alice Peyrottes, Montage : Matthieu Houlet

IMG_1072_foto_helmut_pogerth

« Rue de l’Arrivée, Rue du Départ »

« Rue de l’Arrivée, Rue du Départ » Charlotte Delbo

Textes extraits de Aucun de nous ne reviendra de Charlotte Delbo (Éditions de Minuit)
Mise en scène
Claude Alice Peyrottes
Avec Julie Bouriche, Rémi Dessenoix, Charlotte Ravinet
Costumes
Nicolas Fleury
Samedi 11 mars à 19h
Médiathèque Georges Sand
41, Place des Prieurs
Dammartin-en-Goële
Sous une forme chorale, deux comédiennes et un comédien disent les textes de Charlotte
Delbo dans un dispositif scénique proche de la salle de classe. Cette proximité dans
l’espace avec le public, permet d’établir une relation d’écoute, une intimité avec le texte.
Les trois acteurs et leur metteure en scène proposent une rencontre avec le public à l’issue de la représentation.
« La mise en scène d’une très grande sobriété, souligne la puissance d’un texte brut, sans
haine et sans complaisance avec les brûlures de l’histoire » Paris-Normandie/mars 2013
Durée du spectacle : 45 minutes. Production : Compagnie Bagages de Sable,
CDR de Haute Normandie/Théâtre des Deux Rives.
Pour tout renseignement/Médiathèque Georges Sand
01 60 54 97 32
Compagnie Bagages de Sable
06 89 83 60 85

Rencontre avec Ida Grinspan et l’équipe de « Mesure de nos jours » de Charlotte Delbo

« Charlotte aurait été contente si elle vous avez vues (…) C’est pas difficile, pendant que vous lisiez, j’entendais Charlotte qui parlait. »

Rencontre avec Ida Grinspan, la metteure en scène Claude-Alice Peyrottes et les comédiennes de « Mesure de nos jours » de Charlotte Delbo: Sophie Amaury, Sophie Caritté, Marie-Hélène Garnier, Maryse Ravéra et Maud Rayer, à la sortie d’une représentation au théâtre de l’Epée de bois, Paris en 2015

Disparition de Messaoud Benyoucef

Claude-Alice Peyrottes, Patrick Michaëlis et la Compagnie Bagages de Sable ont la tristesse de vous faire part du décès de leur cher ami Messaoud Benyoucef, écrivain, auteur dramatique, traducteur et ami du dramaturge algérien, Abdelkader Alloula.

C’est une grande figure d’homme libre qui disparaît. Son histoire est aussi la nôtre.

Né en 1943, Messaoud a enseigné la philosophie au lycée français d’Oran. Il a quitté l’Algérie après l’assassinat, en mars 1994, de son ami Abdelkader Alloula, avec lequel il travaillait depuis de nombreuses années. Il s’est alors établi à Paris où il a été chargé de missions aux enseignements artistiques pour le Ministère de la Culture et de la Communication, tout en se consacrant à l’écriture : théâtre, roman, chroniques.

C’est en 1998 que nous avons rencontré Messaoud. Sur une photo de classe en noir et blanc, une petite fille tient dans sa main une ardoise sur laquelle est écrit : Bellecôte 1955. Une photo retrouvée 40 ans après au fond d’une boîte à chaussure et qui sera le point de départ d’un projet théâtral mettant en jeu l’histoire commune entre la France et l’Algérie : que sont devenus ces enfants qui posent avec leur instituteur devant l’objectif ? Comment ont-ils traversé cette histoire ?

Ce sera le début d’une aventure artistique et humaine dont Messaoud fera le récit et qui aboutira à la création de la Trilogie algérienne : La mer blanche du milieu (2001), Dans les ténèbres gîtent les aigles (2003) et Le nom du père (2005). Pendant ces 8 années de compagnonnage, de l’écriture aux répétitions et à la diffusion des 3 spectacles, il nous a enrichi de son érudition, de ses talents de conteur avec générosité et humour. Mais les sujets abordés ne pouvaient laisser indifférents …, et c’est avec une grande dignité qu’il a affronté les épreuves que nous avons dû traverser ensemble.

Messaoud est un grand écrivain. Avec lui nous avons redécouvert la richesse de la langue française, ce « butin de guerre » cher à Kateb Yacine. Messaoud restera vivant dans le souvenir de ceux qui l’ont aimé, et par l’oeuvre littéraire qu’il nous laisse.

La nuit n’est jamais complète. Il y a toujours, puisque je le dis, Puisque je l’affirme, Au bout du chagrin Une fenêtre ouverte, Une fenêtre éclairée, Il y a toujours un rêve qui veille, Désir à combler, Faim à satisfaire, Un cœur généreux, Une main tendue, une main ouverte, Des yeux attentifs, Une vie, la vie à se partager. -Paul Eluard

Nos pensées fraternelles vont vers son épouse Fatiha, ses enfants, petits enfants et sa famille.

Ceux qui souhaitent envoyer un message à Fatiha Benyoucef peuvent le faire à cette adresse, nous lui transmettrons. patrick.michaelis@bagagesdesable.org

Messaoud Benyoucef : Bibliographie non exhaustive

Théâtre, romans

Lettres à Jeanne, théâtre, L’embarcadère éditions, octobre 2002

Dans les ténèbres gîtent les aigles, théâtre, L’embarcadère éditions, janvier 2003

La Sainte Triade, théâtre, L’embarcadère éditions, novembre 2003

L’algèbre de la mort, roman, L’embarcadère éditions, mars 2004

Le Nom du père, théâtre, L’embarcadère éditions, février 2005

Colline 3, roman, Alma – Editeur, 2012

Traductions

Les Généreux d’Abdelkader Alloula, un recueil regroupant les trois pièces : Les Généreux, Les Dires et Le Voile, éditions Actes-Sud Papiers, 1995

Les Sangsues, quatre pièces d’Abdelkader Alloula, Editions Actes-Sud Papiers, 2002

A chacun son jugement, d’Ould Abderrahmane Kaki, mis en espace par France-Culture, Avignon, 1996

Les nuits de la moisson, répertoire palestinien, de Mahmoud Dyab, théâtre de Beit El Karma (Haïfa), pour l’AFAA et le Printemps palestinien en France, mai 1997

HÔTEL DE RIVE en 2013

HÔTEL DE RIVE//
Giacometti/Temps horizontal
***
24 -25 janvier//20h15//Zurich (Suisse) (version allemande)
Theater Stadelhofen Zürich, Stadelhoferstrasse 12
00 41 44 261 02 07
***
27 février//20h//Evry (version française)
Théâtre de l’Agora/Scène nationale d’Evry
01 60 91 65 65
***
1er et 2 mars//Milan (Italie) (version française)
Teatro Verdi
***
16 mars//Straubing (Allemagne) Festival (version allemande)
***
21 – 22 mars//20h15//Zurich (Suisse) (version allemande)
Theater Stadelhofen Zürich, Stadelhoferstrasse 12
00 41 44 261 02 07
***
24 mars//Reutlingen Kulturzentrum Franz K (Allemagne) (version allemande) http://www.franzk.net/events/view/id/76636/date/1364079600

***

Version française ou version allemande//
Conception et jeu: Frank Soehnle//Comédien: Patrick Michaëlis// Musiciens: Jean-Jaques Pedretti et Robert Morgenthaler//Collaboration artistique: Enno Podehl//Scénographie et costumes: Sabine Ebner//Sons, lumières, vidéo: Robert Meyer, Christian Glötzner//Travail du texte en langue allemande: Andréa Schieffer//Assistante Irène Lentini//Documentaire réalisé au cours des répétitions du spectacle “Le mouvement, le matériau et la mécanique”: Réalisation Claude-Alice Peyrottes//Montage: Matthieu Houlet.

HOTEL DE RIVE/// Giacometti// Temps horizontal

HOTEL DE RIVE///GIACOMETTI

TEMPS HORIZONTAL

Création septembre 2011

IMG_1072_foto_helmut_pogerth

photo: Helmut Pogerth

Version française ou version allemande//Conception et jeu: Frank Soehnle//Comédien: Patrick Michaëlis// Musiciens: Jean-Jaques Pedretti et Robert Morgenthaler//Collaboration artistique: Enno Podehl//Scénographie et costumes: Sabine Ebner//Sons, lumières, vidéo: Robert Meyer, Christian Glötzner//Travail du texte en langue allemande: Andréa Schieffer//Assistante Irène Lentini//Documentaire réalisé au cours des répétitions du spectacle “Le mouvement, le matériau et la mécanique”: Réalisation Claude-Alice Peyrottes//Montage: Matthieu Houlet.

« Je fais certainement de la peinture et de la sculpture et cela depuis toujours, depuis la première fois où j’ai dessiné ou peint, pour mordre sur la réalité, pour me défendre, pour me nourrir, pour grossir ; grossir pour mieux me défendre, pour mieux attaquer, pour accrocher, pour avancer, pour avancer le plus possible sur tous les plans, dans toutes les directions, pour me défendre contre la faim, contre le froid, contre la mort, pour être le plus libre possible ; le plus possible pour tâcher – avec les moyens qui me sont aujourd’hui les plus propres -de mieux voir, de mieux comprendre ce qui m’entoure, de mieux comprendre pour être le plus libre, le plus gros possible, pour dépenser, pour me dépenser le plus possible dans ce que je fais, pour courir mon aventure, pour découvrir de nouveaux mondes, pour faire ma guerre, pour le plaisir, pour la joie de la guerre, pour le plaisir de gagner ou de perdre » Réponse à l’enquête de Pierre Voldboudt « A chacun sa vérité » xxème siècle, n°9, 1957.

“Une Oeuvre d’art totale inspirée de Giacometti … Soehnle sonde Giacometti de façon obstinée(…) Il en résulte un monde, indescriptible au fond, mais d’une poésie tangible, loin de tout réalisme et d’une forte intensité artistique …” (Ludwigsburger Kreiszeitung)

“L’art du texte maîtrisé … Avec son art du dire, accent français compris, Michaëlis attire de façon envoûtante dans ces paysages intérieurs… Les deux musiciens Jean-Jacques Pedretti et Robert Morgenthaler éclairent ces paysages intérieurs à leur façon: avec des cors des Alpes qui chuchotent, des coquillages qui murmurent et des clochettes qui tintinnabulent … “(Reutinger Generalanzeiger)

TOURNÉE 2013 à Zurich, Evry, Milan, Straubing, Furth, Reutlingen, Istanbul, Montenor o Novo, Jerusalem, Silkeborg… Montréal (en 2014)